Skip to main content

 

Passez à l’action et dites aux ministres de dissoudre le Groupe d'intervention Communauté-Industrie (C-IRG)

Les sociétés minières, de forage et forestières exploitent les communautés autochtones depuis des générations. Protégées par le gouvernement et les tribunaux, elles volent les terres, extraient les ressources et laissent derrière elles des eaux polluées, des terres en ruine et des communautés meurtries.

Lorsque des militants et des chefs de communautés autochtones se lèvent et protestent, les entreprises font régulièrement appel à la police pour les réduire au silence, voire les forcer à quitter leur propre territoire. En effet, une unité spéciale secrète de la GRC a été créée en Colombie-Britannique dans le seul but de mettre fin aux manifestations. 

Qu’est-ce que le GISCI?

Le Groupe d’intervention pour la sécurité de la collectivité et l’industrie (GISCI) a été créé en 2017 et travaille essentiellement pour le compte de sociétés d’extraction de ressources afin d’arrêter les défenseurs des territoires autochtones, de mettre fin aux manifestations et d’ouvrir la voie à la réalisation de projets d’extraction.

Le budget et les compétences de l’unité sont illimités. Elle utilise des dizaines de millions de dollars des contribuables, en opérant sous un contrôle gouvernemental minimal. On ne sait même pas combien de personnes travaillent pour le GISCI! Mais ce qui EST clair, c’est que l’unité est en pleine expansion et qu’elle a envoyé des escouades aux quatre coins de la Colombie-Britannique dans le but de mettre fin aux manifestations. En effet, le GISCI est à l’origine de plus de 1100 arrestations lors des manifestations contre la coupe à blanc à Fairy Creek, sur l’île de Vancouver, ce qui en fait l’arrestation massive la plus importante de l’histoire du Canada.

Un schéma de racisme et de violence
  • En juin 2022, une enquête menée par APTN News a fait état d’allégations contre le GISCI, notamment des « actes d’intimidation, de torture, de brutalité, de harcèlement, de racisme, de vol, de destruction de biens, de détention arbitraire, d’inhumanité, de mensonge et de tromperie ».
  •  La Commission civile d’examen et de traitement des plaintes (CCETP) procède actuellement à un examen systémique du GISCI en raison des nombreuses plaintes déposées. Pendant ce temps, le GISCI pourra continuer ses activités, brimant ainsi violemment la liberté d’expression.
  •  Le GISCI a été expressément créé pour réprimer les défenseurs des territoires autochtones et il continue de persécuter et de criminaliser les Autochtones de façon disproportionnée, ce qui constitue un exemple flagrant de racisme dans les services de police du Canada.
  •  Le GISCI fait l’objet de plusieurs poursuites judiciaires liées à ses interventions.

BNJ-CA-CIRG-Landing-Page_Map_779x400_End-CIRG-Violence_OS.jpg

Les partenaires

Ben & Jerry’s a rejoint un réseau diversifié constitué de communautés autochtones, d’organisations de défense des droits de la personne, d’associations d’avocats, de groupes environnementaux, de politiciens et de défenseurs de la justice climatique pour exiger la dissolution du GISCI.

Dogwood-logo-aqua-(1).png
pbilogorectangularwhite.png
Leadnow_logo.png
UBCIC-logo.png
WCEL_Logo_screen_H_colour.png
BCCLA-Display-Shadows-RGB-transparent.png
Foire aux questions
  • Le GISCI n’existe qu’en Colombie-Britannique (jusqu’à présent) et a pour mandat de répondre aux questions liées à l’industrie et à l’extraction des ressources. Le budget, la taille et les compétences de l’unité sont illimités. Le gouvernement n’exerce qu’une surveillance minimale de ses activités.

  • Ben & Jerry’s encourage depuis longtemps les supporteurs en fonction de nos trois valeurs fondamentales : 1) Justice sociale et économique, 2) Droits de la personne et dignité, et 3) Protection, restauration et régénération de l’environnement. Le soutien aux droits et à la souveraineté des peuples autochtones est conforme non seulement à nos trois valeurs fondamentales, mais aussi aux 94 appels à l’action adressés à la société civile canadienne visant à « promouvoir le processus de réconciliation ».

  • Nous soutenons la Première Nation de Grassy Narrows, dans le nord de l’Ontario, dans sa lutte pour obtenir des compensations concernant l’empoisonnement au mercure et pour protéger son territoire de l’exploitation minière et de la coupe à blanc. Dans le cadre de notre mission sociale et de notre travail de défense des droits, nous nous engageons à créer des partenariats solides afin de soutenir les personnes sur le terrain qui participent activement à promouvoir un changement progressif au sein de leurs communautés. Rejoignez le mouvement de soutien à la Première Nation de Grassy Narrows en signant la pétition pour la protection de son territoire.

Back To Top
Articles

 

© 2021 Unilever. Tous droits réservés. Ce site Web s’adresse uniquement aux consommateurs canadiens de produits et services de Unilever Canada Inc. Ce site Web ne s’adresse pas aux consommateurs des États-Unis et à l’extérieur du Canada.